Non classé

Une analyse territoriale de l’Ukraine
A territorial analysis of Ukraine

1. L’Ukraine dans son contexte macro-régional : une interface fragile entre l’Europe et la Russie

1. Ukraine in its macro-regional context: a fragile interface between Europe and Russia

L’Ukraine joue un rôle capital dans les livraisons de gaz russe à l’Europe : 60 % du gaz russe consommé en Europe transite par le pays. Au cours de la dernière décennie, la Russie a développé des routes alternatives pour livrer son gaz à l’Europe : le North Stream (un gazoduc qui passe dans la Baltique pour desservir l’Allemagne directement, Carte 1) et le Blue Stream vers la Turquie. Un projet passant dans la Mer Noire vers l’Europe balkanique, South Stream, est en cours de construction.
La Russie comme l’UE se sont efforcées de convaincre les autorités ukrainiennes de l’intérêt d’une intégration économique avec eux. L’UE a promu le projet d’Accord d’association dans le cadre de la politique européenne de voisinage, tandis que la Russie insistait pour que l’Ukraine rejoigne l’Union douanière eurasiatique, mise en œuvre sous son leadership, avant qu’elle ne signe l’Accord avec l’UE. La position de l’UE comme de la Russie était que l’intégration proposée était incompatible avec l’intégration concurrente. Cette conception d’un jeu à somme nulle constitua l’origine de la crise qui a éclaté en novembre 2013, lorsque les autorités ukrainiennes ont indiqué, juste avant le Sommet du Partenariat oriental de l’UE, qu’elles ne signeraient pas l’Accord d’association.

L’Union européenne et la Russie sont les deux partenaires principaux de l’Ukraine (Carte 2). L’Europe arrive en tête pour l’aide publique, la Russie pour les migrations ukrainiennes. Russie et Europe jouent un rôle équilibré en matière de transport aérien et pour le commerce extérieur ukrainien. Si l’on tient compte de la population de ces deux ensembles, le commerce ukrainien est nettement plus important avec la Russie qu’avec l’Europe. Le ratio additionne exportations et importations ; lorsqu’on s’intéresse aux seules exportations, les flux ukrainiens sont plus importants vers la Russie que vers l’Europe, héritage du passé soviétique commun. En outre, la figure 1 montre que la part de l’UE dans le commerce extérieur ukrainien avait progressé dans les années 1990 mais régresse depuis.

La carte 3 présente le PIB par habitant dans le voisinage oriental de l’Europe. Au cours de la dernière décennie, l’économie de l’Ukraine a montré des signes d’affaiblissement successifs. Depuis 2003 l’écart de croissance s’est accru avec la Russie car le système productif ukrainien ne s’est pas modernisé suffisamment vite faute des lourds investissements requis. Depuis 2005 le déficit commercial ukrainien s’approfondit, et depuis 2006 la dette publique explose. La trajectoire économique de l’Ukraine ressemble de moins en moins à celle d’un pays émergent. L’Ukraine reste un des territoires les plus pauvres du voisinage oriental européen avec quelques territoires du Nord Caucase. La partie occidentale de l’Ukraine présente un niveau de développement particulièrement bas. Le contraste est évident avec la Russie, et même avec la Biélorussie dont l’économie progresse depuis les années 2000.
La carte 4 présente la situation dans un autre cadre géographique, celui de la région de la Mer Noire. L’évolution économique depuis les années 2000 montre une dynamique particulièrement faible en Ukraine. C’est moins le cas dans la partie orientale du pays, mais seulement parce que la population y décroît, ce qui maintient le niveau du PIB par habitant. On voit le contraste avec les territoires dynamiques de la Russie comme la péninsule de Taman et Sotchi, dans le Kraï de Krasnodar, et avec la Turquie.

Ukraine plays a key role in the delivery of Russian energy resources to Europe: 60% of the Russian gas consumed in Europe transits through Ukraine. In the last decade, Russia has developed alternative routs: the North Stream (under the Baltic Sea directly to Germany, Map 1) and the Blue Stream to Turkey. The South Stream project under the Black Sea to Balkan Europe is under construction. Both EU and Russia tried to convince former Ukrainian leadership of the advantages of an economic integration with them. EU suggested to sign the ENP Association agreement while Russia insisted that Ukraine joins the Eurasian Custom Union under Moscow leadership. Each side argued that the maintenance of close economic relations was incompatible with the integration with the other partner and thus considered it as a zero-sum game which triggered the current crisis in November 2013, when Russia requested Ukraine to join the Eurasian Custom Union before signing the Association agreement during the Oriental Partnership Summit.

EU and Russia are the main partners of Ukraine (Map 2) as regards to foreign trade, and its most important sources of foreign direct investments. They are also the main destinations of Ukrainian emigration. EU provides Ukraine with the largest part of foreign aid. The territorial distribution of flight connections reflects this situation. In relation to population, Russia, as trade partner (imports+exports), is much more important for Ukraine than the EU member states. The legacy of the common Soviet past clearly shows in the distribution of exports: Russia is a much more important foreign consumer of Ukrainian goods than EU. Moreover, Figure 1 shows that the EU share in Ukrainian trade has been rising in the 1990s but is declining since the 2000s.

Map 3 shows the GDP per capita in EU Eastern Neighbourhood by regions. In the last decade, Ukraine economy has shown successive indicators of weakness. The gap between Russia economic growth and that of Ukraine has been rising since 2003, because Ukrainian productive system has not been modernising quickly enough and needed massive investments. Since 2005 Ukrainian trade deficit has been deepening and since 2006 the Ukrainian public debt has been rapidly increasing. As a result, Ukraine path is less and less alike that of an emerging economy; the country stands as one of the poorest area of Europe Eastern neighbourhood, along with Georgia and its breakaway parts –Abkhazia and South Ossetia. The Western part of Ukraine shows a particularly low level of development. The contrast is obvious compared to Russia, and even to Belarus which has been doing quite better than Ukraine since the 2000s. As compared with its neighbours in the Black Sea basin, Ukraine economic dynamics during the 2000s was particularly bad (Map 4). Still, the situation in its East, the most industrialised and urbanised region, was more favourable, partly because of its rapid depopulation (GDP per inhabitant rises when population declines). This development was in striking contrast with the progress of most regions of Turkey and of the neighbouring Russian Krasnodar krai.

Carte 1 – Le contexte géo-économique de l’Ukraine, 2013 Map 1 – The geo-economic context of Ukraine, 2013
Carte 2 – La géographie des relations internationales de l’Ukraine, vers 2010 Map 2 – The geography of international relations of Ukraine, around 2010
Figure 1. Le commerce extérieur ukrainien : le rôle déclinant de l’UE (en % du commerce ukrainien, marchandises et services, valeurs) Figure 1 – The external trade of Ukraine: the declining role of Europe (in % of the Ukrainian trade, goods + services, values)
Carte 3 – PIB par habitants, 2010 Map 3 – GDP per capita, 2010
Carte 4 – PIB par habitant autour de la Mer Noire, 2000-2010 Map 4 – GDP per capita, Black Sea area, 2000-2010
fr_FR