compte-rendu SANTE

Réunion de l’axe Territoires et santé du 6 novembre 2018

La réunion interne de l’axe Territoires et santé a eu lieu sur le campus Paris Diderot le 6 novembre 2018.

Présent·e·s

Audrey Bochaton (Ladyss), Mauricio Fuentes (Ladyss), Lucie Guimier (Haut Conseil des biotechnologies), Marc Souris (IRD), Charlène Le Neindre (IRDES), Yannick Mengue (ISURU)
Des étudiants du master Territoires, villes & santé (TVS/universités Paris Nanterre & Paris Créteil) : Mamadou Oumar Sow, Laakri Bouhadj, Armel Komi Longo, Mahugnon Daga, Barry Mamadou, Marie Benoist, Nasma Sahnoun, Daouda Cisse, Bérénice De Barros, Mohamed-lamine Benayache, Balémta Aimée Sama, Susan Rahma, Fatime Mamadou, Kang Madou Insa Mane, Marion Aubin, Zohra Bacouche, Amandine Manga, Lyes Sadi, Marie Spetebroodt, Marie-Thérèse Valera, Ndeye Fatim Dieye, Thomas Karnycheff, Elie Humbert, Diakhité Cheikhou, Abass Bonfoh, Armel Komilongo

Excusé·e·s

Sylvie Alemanno, Sophie Baudet-Michel, Hélène Charreire, Virginie Chasles, Emmanuelle Faure, Anne-Cécile Hoyez, Véronique Lucas, Florent Occelli, Sandra Pérez, Noémie Rapegno, François Taglioni, Julie Vallée

Session thématique – Espace urbain & maladie endémique : Géographie de la dengue à Girardot (Colombie)

Mauricio Fuentes, doctorant
390 millions d’individus/n touchés par la dengue dans le monde (estimations en 2010). Ce sont les cas apparents (personnes qui sont malades & qui vont à l’hôpital) plus une estimation des cas dits « invisibles » (par exemple, les personnes qui ne rencontrent pas de symptômes sévères ; environ 3 fois plus que de cas dits « apparents »).
Symptômes modérés à sévères => peut aller jusqu’à la mortalité.
Où trouve-t-on les gîtes de moustiques ? Le réservoir : système de drainage et réservoir dans les maisons (linge, nettoyage, réservoir pour le stockage de l’eau).
Le contexte d’étude : en Colombie, forte augmentation de la population urbaine, avec peu de planification. Beaucoup de mouvements internes en lien avec les conflits armés ; moins importants aujourd’hui mais toujours des mouvements issus des espaces ruraux en direction des grandes villes. La ville de Girardot : ville moyenne, 100 000 hab., 2 heures de route de Bogota, espace urbain fractionné. Partie Nord et partie Ouest, les plus dynamiques. Ville très touristique, surtout fréquentée par les habitants de Bogota. Zones CSP ++ & résidences secondaires / Zones autoconstruites / CSP moyenne.

Questions de recherche
Quelle structure spatiale de l’infection ?
Comment les espaces sociaux et environnementaux interagissent pour favoriser ou non la diffusion de la maladie ?

La géographie a étudié ces dynamiques depuis très longtemps : complexe pathogène (Sorre) = relations sociales & écologiques.
Hypothèse posée : l’hétérogénéité de la distribution de la dengue d’une combinaison de facteurs écologiques, économiques et sociaux.

Design de l’étude et avancements
Notion « d’incidence ». Pas le mot adéquat pour Mauricio : il y a la base de données officielles des cas de dengue (transmises par les hôpitaux) mais il y a beaucoup de cas invisibles que l’on ne peut pas chiffrer. Quand on parle d’incidence, on travaille normalement sur tous les cas.
Méthode d’analyse spatiale : repérer les lieux où il y a des concentrations de cas de dengue. Tient compte de la densité de la population (cas/nb. d’hab.).
Sur 3 années consécutives (2012, 2013, 2014), on peut observer des cas de persistance de cas de dengue dans certains quartiers de la ville de Girardot. Comment l’expliquer ?

Déterminants étudiés pour expliquer ces zones de concentration
– Mouvement de la population : enquête de la Fondation Santa Fe de Bogota. Visite chez des malades de la dengue, historique des mobilités 2 semaines avant la déclaration de la maladie. Est-ce qu’il y a des lieux propices à la transmission de la maladie. Lieu de travail ? Domicile ? Sur le trajet ? En week-end à la campagne ?
> Résultats : des mobilités qui sont réalisées surtout autour de Girardot (80%)
Analyse de concentration = points surtout concentrés dans la partie centrale et où il y a une forte activité économique. Mais pour des périodes courtes.
– Niveau socio-économiques des populations
Avec le recensement de la population
– Pratiques des habitants, perceptions du risque, etc.
Entretiens auprès des habitants et acteurs locaux (22 personnes enquêtées). Cette partie est très importante car il existe beaucoup de défis méthodologiques avec les bases de données issus des hôpitaux ainsi que le recensement (fiabilité et qualité ?). L’analyse des entretiens va permettre de conforter ou nuancer certaines interprétations issues des analyses statistiques.

Pour aller plus loin

Fuentes-Vallejo M., “Space and space-time distributions of dengue in a hyper-endemic urban space: The case of Girardot, Colombia“, December 2017, BMC Infectious Diseases 17(1), DOI: 10.1186/s12879-017-2610-7

Space and space-time distributions of dengue in a hyper-endemic urban space: The case of Girardot, Colombia, December 2017, BMC Infectious Diseases 17(1)

Discussion
Lucie Guimier : Lutte anti-vectorielle se fait à quel échelon territorial ?
Années 60-70 : très centralisée, sur le modèle du DDT (fièvre jaune). Très polémique vis-à-vis de l’environnement. Politiques plus décentralisées aujourd’hui selon les recommandations de l’OMS : chaque municipalité a la responsabilité de gérer son programme de lutte anti-vectorielle. Mais certaines villes ne sont parfois pas prêtes pour gérer leur propre programme.
Quelles techniques ? Fumigation partout (interventions très visibles) et aujourd’hui des interventions moins visibles : éducation, inspection des maisons, chaque cas de dengue reporté => équipe qui fait une inspection vectorielle, enquêtes entomologiques dans toute la ville.
Mohamed-Lamine : Campagne de vaccination au Philippines (Sanofi-Pasteur) : échec. Quid de la position de la Colombie vis-à-vis de ce vaccin ?
Marie Benoist : Est-ce qu’il existe des tests de diagnostic rapide pour la dengue ?
Oui mais des résultats très mitigés.
Marc Souris : Est-ce que vous avez envisagé une enquête de sérologie ?
C’est compliqué dans le cadre d’une étude de thèse. En Colombie, pas d’études complètes. Trop cher, pas assez de ressources humaines. Difficile d’avoir un échantillonnage représentatif.
C’est normal de trouver des clusters de transmission au niveau de la maison, du quartier : en quoi l’analyse par cluster est-elle pertinente ? N’est-ce pas la pointe de l’iceberg ?
Oui mais ça donne des pistes d’interprétation. Combiner les clusters avec la typologie urbaine, les mouvements de population, etc.

Retour sur les 1res rencontres de géographie de la santé – Lyon, 14-15 juin 2018

Rencontres lancées à l’initiative de géographes de la santé français. Ont rassemblé environ 60 personnes : chercheurs, médecins, acteurs de la santé. 17 communications et 7 posters affichés autour des liens entre territoire et santé : doctorants, post-doctorants, balade urbaine (parcours fraîcheur pour éviter la canicule proposé par les étudiants de master de Lyon3), enseignement de la géographie de la santé (Nanterre, Lyon), projets scientifiques en construction.

Expérience qui sera renouvelée. A Rennes en 2020. Multi-institutionnelle.

Présentation de la journée d’étude Araqnée – Paris, 28 novembre 2018

Journée coorganisée par l’axe Territoires et santé, l’Irdes et l’EHESP
Etat des lieux des recherches appliquant l’analyse de réseaux (méthodes, notions et concepts fondés sur la théorie des graphes pour étudier des phénomènes relationnels) aux données de santé (pour analyser les parcours de prise en charge des patients, la propagation des maladies infectieuses, etc.) : 7 présentations de chercheurs français et étrangers pionniers dans ce domaine. Séance prometteuse, limite des 90 inscrits atteinte.

Point sur l’organisation d’un séminaire méthodologique sur la question de l’accessibilité aux services et aux commerces en 2019

Séminaire en lien avec l’axe Information territoriale locale, dans la lignée des activités menées dans le cadre de Grandes métropoles
Sur une journée (présentations par des experts, atelier(s) autour des données). Hélène Charreire participera à l’organisation. Nous recherchons d’autres membres de l’axe intéressés.

Idées et actions futures ?

Participer à la nuit de la géographie le 5 avril 2019 ?

Des idées ?

Journée d’étude en santé environnement avec une dimension participative en 2019 ?

En recherche de financement. Des idées ? Personnes intéressées : Audrey Bochaton, Sandra Pérez, Mauricio Fuentes, autres ?

Population, temps, territoires, le prochain colloque du CIST – campus Condorcet Paris-Aubervilliers, novembre 2020

Ce serait bien qu’il y ait une ou deux sessions territoires & santé. Des propositions ?
Nous vous ferons parvenir les appels à sessions/communications dès leur parution en 2019.

Qu’attend-on de l’axe Territoires et santé du CIST ?

Nous vous proposons un rapide sondage pour évaluer vos besoins, attentes et envies vis-à-vis de l’axe Territoires et Santé : diffusion d’informations, séminaires thématiques, ateliers méthodologiques, projets/publications collectifs, autres…

Merci de prendre 1 minute pour répondre à ce sondage qui nous permettra de proposer de nouveaux formats ou de nouvelles actions dans le cadre de l’axe [à compléter avant le 20 décembre 2018].

Points divers

Ouverture d’un appel à articles dans la RFST sur “Les circulations en santé : des produits, des savoirs, des personnes en mouvement
Propositions attendues pour le 15 décembre 2018 : 1 500 signes espaces compris maximum

Pensez à utiliser la liste diffusion de l’axe Territoires et santé du CIST (cist-sante sur Renater) pour communiquer des informations (en complément de géotamtam).


En savoir plus

fr_FR