CIST

L’assemblée générale du CIST du 27 mars 2014, un moment clé

L’occasion de faire le bilan de l’activité de ses axes scientifiques et d’orienter le travail à venir du CIST

[:fr]La convention constitutive du CIST prend fin au 31 décembre 2013.
Voici déjà quatre ans que nous construisons, avec vous, le réseau de la science des territoires !

On ne peut préjuger de rien mais il y a fort à parier que les membres du comité de direction du CIST, c’est-à-dire ses tutelles, décideront lors de leur prochaine séance du 12 décembre le renouvellement du CIST pour quatre ans. Nos arguments sont forts : une évaluation positive (février 2013), un 2e colloque international (27 et 28 mars 2014) qui se présente bien avec notamment beaucoup de communications d’auteurs étrangers (sud-américains en particulier), plusieurs contrats de recherche nationaux ou internationaux, l’entrée de nouvelles équipes (dernières en date : l’IRDES dans le domaine de la santé, et CITERES) et de nouveaux partenaires (le comité de direction instruira la demande d’entrée de deux universités grenobloises), l’inscription du CIST dans le quinquennal de certains établissements fondateurs, et, surtout, la belle activité des axes du CIST.

On peut également imaginer que les tutelles laisseront l’actuelle équipe du bureau et l’actuelle présidence du conseil scientifique du CIST en place jusqu’à l’assemblée générale du CIST qui se tiendra le premier soir du colloque, le 27 mars en fin de journée dans l’amphi Buffon (Université Paris-Diderot).
Cette AG sera un moment déterminant pour la suite du CIST. Elle sera en effet l’occasion de faire le bilan de l’activité de ses axes scientifiques – certains disparaîtront sans doute, d’autres seront regroupés, d’autres encore seront créés – et à travers eux d’orienter le travail du CIST sur la période 2014-2018. C’est à la communauté des chercheurs et ingénieurs du CIST qu’il revient de se prononcer, comme l’assemblée fondatrice du CIST décida de sa création le 14 septembre 2009, à l’Institut de géographie. Cette deuxième AG sera également le moment de décider, collectivement, du nouveau bureau et de la nouvelle présidence du CS.

Pierre Beckouche, directeur du CIST[:en]La convention constitutive du CIST prend fin au 31 décembre 2013.
Voici déjà quatre ans que nous construisons, avec vous, le réseau de la science des territoires !

On ne peut préjuger de rien mais il y a fort à parier que les membres du comité de direction du CIST, c’est-à-dire ses tutelles, décideront lors de leur prochaine séance du 12 décembre le renouvellement du CIST pour quatre ans. Nos arguments sont forts : une évaluation positive (février 2013), un 2e colloque international (27 et 28 mars 2014) qui se présente bien avec notamment beaucoup de communications d’auteurs étrangers (sud-américains en particulier), plusieurs contrats de recherche nationaux ou internationaux, l’entrée de nouvelles équipes (dernières en date : l’IRDES dans le domaine de la santé, et CITERES) et de nouveaux partenaires (le comité de direction instruira la demande d’entrée de deux universités grenobloises), l’inscription du CIST dans le quinquennal de certains établissements fondateurs, et, surtout, la belle activité des axes du CIST.

On peut également imaginer que les tutelles laisseront l’actuelle équipe du bureau et l’actuelle présidence du conseil scientifique du CIST en place jusqu’à l’assemblée générale du CIST qui se tiendra le premier soir du colloque, le 27 mars en fin de journée dans l’amphi Buffon (Université Paris-Diderot).
Cette AG sera un moment déterminant pour la suite du CIST. Elle sera en effet l’occasion de faire le bilan de l’activité de ses axes scientifiques – certains disparaîtront sans doute, d’autres seront regroupés, d’autres encore seront créés – et à travers eux d’orienter le travail du CIST sur la période 2014-2018. C’est à la communauté des chercheurs et ingénieurs du CIST qu’il revient de se prononcer, comme l’assemblée fondatrice du CIST décida de sa création le 14 septembre 2009, à l’Institut de géographie. Cette deuxième AG sera également le moment de décider, collectivement, du nouveau bureau et de la nouvelle présidence du CS.

Pierre Beckouche, directeur du CIST[:]

fr_FR