Données massives pour la connaissance des mobilités

19 novembre 2021
// 09:00 - 13:30
Lieu
bât. Olympe de Gouges, campus Paris Diderot 8 rue Albert Einstein 75013 Paris France


La journée d’étude acteurs experts organisée par les axes INFTER et MIT se tient en salle M019 (mezzanine)
Coordination : Françoise Lucchini, Julie Fen-Chong, Sonia Chardonnel, Christophe Imbert

Les expertises et retours d’expériences sur l’intégration des données massives pour saisir la mobilité présentés lors de cette journée d’études Acteurs sont issus de commandes émanant de collectivités territoriales et d’Etats européens.

Télécharger le programme (pdf)
[sur inscription avant le 30 octobre 2021, voir le formulaire en bas de page]

Cette journée propose d’explorer les enjeux et les questionnements soulevés par les sources de données massives dans leur capacité à saisir la mobilité des personnes. Plusieurs expertises scientifiques seront proposées, qui ont été menées par les professionnels du transport qui assistent les acteurs publics dans la collecte et l’analyse des données les plus adaptées pour la mobilité. Les interlocuteurs invités présentent les travaux menés au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema).
Les données massives issues de capteurs connectés composent un panel de données diversifiées collectées de manière systématisée pour des finalités spécifiques (téléphonie, guidage, paiement, communication sur un réseau social, etc.).

9h15 – Présentation de la journée acteurs experts par les responsables des axes INFTER et MIT

Constituer une information spatiotemporelle sur les déplacements de populations à partir de ces traces individuelles nécessite un traitement agrégeant ces données.
L’intervention de Julien Harache et de Mathieu Jacquot permettra de poser un cadrage général sur la diversité de ces données et sur les possibilités qu’elles offrent en complément des sources de données classiques.

9h30 - Julien Harache & Mathieu Jacquot
Données de mobilité pour la modélisation des déplacements, quelle pertinence des données massives ?

Le calage d’un modèle de déplacements nécessite de nombreuses données de mobilité. Historiquement, les enquêtes ménages-déplacements, les enquêtes origine-destination et les comptages ont été les principales sources utilisées. Aujourd’hui, de nouvelles données sont produites par les capteurs connectés apparus dans le quotidien des usagers des transports (téléphones, GPS, etc.). Ces capteurs génèrent passivement de grandes quantités de données, en particulier des traces de déplacements. Elles sont généralement générées par des transactions et utilisées en premier lieu par des services commerciaux (téléphonie, guidage, paiement, etc.). On les qualifie de « massives » en raison du caractère systématique de leur collecte, réalisée sur un grand nombre de personnes sans ciblage d’une population particulière. Les interrogations sont nombreuses sur les possibilités de réutilisation de ces données et sur leur capacité à faire évoluer les pratiques en termes de modélisation des déplacements. Sont-elles en mesure de répondre à des besoins dans les territoires peu denses, en général peu équipés de dispositifs d’observation des mobilités plus classiques ? Sont-elles susceptibles de réduire les délais et les coûts d’étude ? Quel potentiel de description de comportements individuels apportent-elles ? Quelle est leur complémentarité avec les dispositifs classiques d’observation des mobilités ?
Cette présentation dresse un panorama général des possibilités et des limites de l’ensemble des sources de données de mobilité, des plus classiques à celles plus récemment apparues, afin d’éclairer leurs domaines de pertinence pour modéliser les mobilités.

Cette information spatiotemporelle permet-elle d’affiner la connaissance de certains flux circulant dans une agglomération ?
L’intervention de Mathieu Jacquot et d’Audrey Comemale portera sur les poids lourds dans l’eurométropole de Strasbourg.

10h - Mathieu Jacquot & Audrey Comemale
Retour d'expérience de l'utilisation de Floating Car Data (FCD) pour l'estimation de flux de transport routier de marchandises circulant dans l'Eurométropole de Strasbourg

Floating Car Data (pdf)

Modèle MUltimodal et Scénarios de mobilité Transfrontaliers (MMUST)

L’agglomération strasbourgeoise est actuellement traversée par une circulation poids lourd (PL) extrêmement importante, contribuant de manière significative aux problèmes de dégradation de la qualité de la vie de l’agglomération (pics de pollution). Différentes mesures sont à l’étude (ou en cours de réalisation) pour reporter ces flux à l’extérieur des zones urbanisées : construction du contournement ouest de Strasbourg, interdiction de transit PL dans la traversée de Strasbourg ou encore régulation du trafic PL en Alsace pour limiter l’effet d’évitement de la taxe PL allemande (Lkw Maut). Afin d’étudier sous quelles conditions ces mesures peuvent être performantes, il est indispensable de disposer d’une estimation robuste des flux de PL circulant dans l’agglomération. Aucun recueil de données pris isolément ne permettant aujourd’hui d’apporter une connaissance suffisamment exhaustive du phénomène, le Cerema a choisi de recourir à un protocole de recueil mixte, comprenant des enquêtes de circulation par arrêt et interview des conducteurs et des données de suivi de flotte par GPS. Le Cerema présentera tout d’abord une analyse croisée des résultats de ces deux recueils de données pour en évaluer la pertinence respective. La méthode retenue pour combiner les deux types de données sera ensuite détaillée, avant de conclure sur l’intérêt de la démarche par rapport à une procédure classique d’usage d’une seule source de données.

En cas d’absence d’enquête mobilité certifiée Cerema, les données massives peuvent-elles être utilisées pour saisir la mobilité ?
L’intervention d’Alice Charpe et de Julien Harache présentera le cas vendéen.

10h45 - Alice Charpe & Julien Harache
Retour d'expérience de l'utilisation de Floating Mobile Data (FMD) pour la construction de matrices Origine Destination en Vendée

Dans le cadre de la construction d’un modèle sur le périmètre de la Vendée, des données issues des antennes de la téléphonie mobile ont été achetées sur le département pour contrôler et compléter le calibrage du modèle en l’absence d’EMC² (Enquête mobilité certifiée Cerema). Les données portent sur les déplacements internes à la Vendée, découpée en 25 zones, ainsi que sur l’échange et le transit avec les départements limitrophes et le reste de la France. Le Cerema présentera dans un premier temps les analyses réalisées sur ces données en regard de sa connaissance du territoire et des données d’emplois et populations. Dans un second temps, le Cerema présentera les exploitations de ces données pour l’enrichissement du modèle de déplacements vendéen. Une troisième phase à venir consistera à comparer les données de téléphonie avec l’EMC² en cours sur la Vendée, puis les résultats du modèle sans enquête avec un futur modèle construit à partir de l’EMC². Cette troisième phase n’aura pas encore eu lieu au moment du colloque.

11h15 – Ouverture et enjeux soulevés : débat avec la salle et avec d’autres expériences menées

12h – Déjeuner cocktail de clôture

Inscription gratuite mais impérative pour accéder aux bâtiments

fr_FR