Chirurgie et rétraction de l’accès à l’offre d’hospitalisation en France entre 2000 et 2018 : analyse des inégalités socio-spatiales

1 septembre 2021
// 13:45 - 15:45


Cette communication se tient pendant l’ASRDLF2021 à Avignon

Co-auteur.es : Ronan Ysebaert, Benoit Conti, Sophie Baudet-Michel, Timothée Giraud, Hugues Pecout, Charlène Le Neindre

L’intervention fait partie de la session “Localisation et accessibilité aux services publics et privés”.
Voir la communication sur HAL

L’objectif de cette présentation est d’analyser les conséquences spécifiques de la diminution de l’offre de soins en chirurgie dans sa forme la plus extrême, à savoir sa disparition, sur les temps d’accès des territoires et population. Comment ces disparitions de capacité d’hospitalisation ont-elles modifié les temps d’accès géographiques théoriques la chirurgie ? Dans quelles mesures certains territoires ou populations ont-ils été affectés par ces disparitions ? Notre hypothèse principale est que les fermetures de lits de chirurgie ont entraîné une augmentation des inégalités entre les territoires, mais aussi entre les populations.
Pour répondre à ces questions, nous nous appuyons sur la mesure des temps d’accessibilité géographique à la chirurgie en 2000 et en 2018 des communes et des populations au niveau de la France continentale. La base de données publiques de la SAE (Statistique Annuelle des Etablissements) permet de connaître la localisation communale des structures de chirurgie à ces deux dates. Les temps d’accès sont eux calculés à partir de la plateforme libre OSMR (Open Source Routing Machine), depuis chaque commune vers les offres les plus proches. Ces temps d’accès sont analysés en fonction de deux éléments : (i) des types de territoires de l’espace étudié suivant le zonage en aires urbaines ; (ii) des catégories de populations résidantes suivant les catégories socioprofessionnelles.
Les résultats attestent que la décroissance importante du nombre de lits ne s’opère pas de façon homogène sur l’ensemble du territoire : si certaines villes accusent une diminution de leur offre hospitalière, certaines connaissent une disparition complète. Les allongements des temps d’accès concernent davantage les personnes vivant dans les espaces périurbains et ruraux plutôt que celles résidant dans les pôles urbains. Au niveau des populations, les ouvriers accusent une augmentation de leur temps d’accès à la chirurgie plus importante que les cadres. Enfin, la lecture croisée entre les évolutions des temps d’accès à la chirurgie entre le type d’espace et le type de population semblent attester de différences territoriales plus fortes que sociales.

En savoir plus

fr_FR