Anatomie des friches agricoles dans une petite ville sous influence métropolitaine

Date 

13 octobre 2022 - 14 octobre 2022    

Catégories

Cet atelier Inter-Friches se tient à Pertuis / Aix-en-Provence

Le réseau Inter-Friches organise des ateliers interdisciplinaires et internationaux d’arpentage de friches. L’objectif est de questionner les potentialités des friches dans les contextes suisses, français et belges par une mise en réseau de chercheurs issus des domaines de l’urbanisme, de l’architecture, du paysagisme, de la géographie, de l’écologie et de la sociologie. Ce réseau vise à développer une méthodologie interdisciplinaire pour l’analyse et la mise en projets des friches, afin de valoriser la diversité de leurs ressources (aménités, usages, intérêts écologiques et paysagers).
Cet atelier fait suite à ceux déjà organisés par le réseau depuis 2019 à Nanterre (France), à Saint-Denis (France) à La Louvière (Belgique) ou à Genève (Suisse).

Pertuis est une ville de près de 20 000 habitants, dans la vallée de la Durance, qui a vu sa population doubler en une vingtaine d’années. Aux confins de la métropole d’Aix-Marseille, à la limite entre les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, la commune est souvent qualifiée de ville résidentielle. Elle accueille toutefois une part non négligeable d’emploi local (43 % des actifs résidents travaillant sur la commune) et une zone d’activité de 70 hectares. Pertuis est marqué par la proximité de la ville d’Aix-en-Provence, située à moins de 20 km (22 % des actifs résidents ne travaillant pas à Pertuis y travaillent). Cette « ville à la campagne » comme elle se définit accueille de nombreuses friches, de différentes natures : la vacance commerciale est marquée dans le centre-ville de la commune, quelques locaux commerciaux abandonnés se dressent en périphérie. S’y ajoutent de nombreuses friches agricoles (600 à 700 hectares), sujet au cœur de l’atelier Inter-Friches. Ces friches agricoles sont multiples, tout comme leurs causes : côteaux viticoles laissés à l’abandon faute de rentabilité, terres laissées en friche en attente d’une hypothétique constructibilité, cabanisation entraînant la création de friches.

Pancartes à l’entrée d’une des maisons habitée par les zadistes, Arbres fruitiers plantés lors d’ateliers collectifs sur la Zone à patate (Fonticelli, 2022)

Dans ce contexte, des initiatives émergent, émanant notamment des pouvoirs publics : Pertuis s’est doté d’une Zone agricole protégée, et la ville accueille une couveuse d’agriculteurs devant favoriser l’installation de jeunes agriculteurs. La commune fait également l’objet d’un remembrement du foncier agricole (Aménagement Foncier Agricole, Forestier et Environnemental), sous la houlette du département du Vaucluse.
D’autres initiatives émanent également de collectifs luttant contre l’artificialisation des terres agricoles à Pertuis. Le projet de l’extension de la zone d’activité économique fait l’objet d’une opposition importante : il impacterait 86 hectares de terres agricoles – dont seulement 10 à 20% seraient en friche. L’opposition provient tant de riverains – réunis au sein d’une association Terres Vives – que de militants issus du « Soulèvement de la terre ». Ceux-ci se sont installés en ZAD (zone à défendre) appelée la Zone à Patate en hommage aux cultures locales de pommes de terres. Ils cultivent une petite partie des terres agricoles déjà préemptées par l’établissement public foncier et organisent des journées de jardinage collectif.
L’objectif de l’atelier est d’analyser la diversité des friches agricoles en présence à travers l’arpentage. Il s’agira de renouveler le regard porté sur ces friches et leurs enjeux. A l’heure du zéro artificialisation nette, de la prise de conscience de la nécessité de protéger les terres agricoles, nous interrogerons l’impact des politiques d’urbanisation dans la fabrique des friches agricoles, et étudierons les tentatives de remise en culture des friches existantes. A travers l’arpentage des friches agricoles et de leurs abords, comment comprendre les dynamiques et les enjeux de ces friches, entre foncier soumis à forte pression, et lutte contre l’artificialisation des terres ? Comme lire les usages actuels de ces friches ? Comment mesurer les services que ces friches rendent ?

Programme prévisionnel de l’atelier

Jour 1
Matin : éléments de cadrage et de contexte sur l’atelier et son sujet
Après-midi : arpentage / Terrain à Pertuis Arpentage collectif selon deux différents itinéraires – à pied
Jour 2
Matinée : préparation de la restitution collective
Après-midi : confrontation des restitutions à différents acteurs du territoire et intervenants

Comité d’organisation de l’atelier

Cet atelier est porté par le Lieu / Université d’Aix-Marseille (UAM).
Le comité d’organisation se compose de :
Claire Fonticelli, urbaniste, paysagiste, maîtresse de conférences au sein d’UAM rattachée à l’IUT Villes et territoires durables
Séverine Bonnin-Oliveira, géographe, maîtresse de conférences au sein d’UAM rattachée à l’IUAR
Audrey Marco, écologue, maîtresse de conférences au sein de l’ENSP Marseille
Luca Piddiu, urbaniste, doctorant assistant au sein de l’Université de Genève (Unige)

fr_FR