AAC – Recompositions idéologiques et transformations de l’action territoriale : entre nouveaux paradigmes et hybridations émergentes (SS24)

Date limite
2 avril 2022


Cet appel à communications concerne plus largement le 58e colloque de l’ASRDLF qui se tiendra à Rennes du 29 juin au 1er juillet 2022

Cette session spéciale est portée par Arnaud Brennetot (IDEES), Sylvia Calmes-Brunet (CUREJ) et Nathan Gouin (SFLOG), dans le cadre du projet exploratoire du CIST « Analyse des recompositions de l’action publique territoriale » (ARAPT).

Télécharger le document (pdf)

Depuis une dizaine d’années, les régimes politiques font l’objet de recompositions idéologiques importantes, visibles à travers le réalignement des clivages axiologiques (en faveur du national populisme à droite et de l’écologisme politique à gauche), l’accès au pouvoir de nouvelles forces politiques et la recomposition des agendas institutionnels à travers le monde. Certaines idées ou référentiels longtemps considérés comme légitimes et importants, tels que la croissance, le développement, la compétitivité, sont relativisés, voire abandonnés. Après la crise transnationale de l’idéal social-démocrate, celle du néolibéralisme semble être à son tour venue. À la place, d’autres idées, telles que la souveraineté, la transition, la sobriété, la proximité, l’identité, la résilience ou la sécurité, qu’elles soient nouvelles, longtemps restées à la marge ou ressuscitées, témoignent d’une réorganisation rapide et profonde des priorités politiques à toutes les échelles. Ces changements affectent le fonctionnement politique des États et leurs relations à l’échelle internationale. Ils modifient également l’action politique locale et régionale, ce que cette session propose d’analyser de façon plus spécifique.
Il s’agira en particulier d’interroger l’ampleur et la variété des manifestations des changements et des inerties idéologiques en cours à travers l’analyse des déclarations, des programmes d’action, des instruments et des infrastructures déployées par les acteurs subétatiques. Une attention sera prêtée à la diffusion et à la percolation des étiquettes normatives (labels, concepts, slogans, etc.) et des discours mobilisés dans le cadre des recompositions idéologiques à l’œuvre. Ces investigations doivent permettre de rendre compte de la profondeur des changements normatifs et de repérer l’émergence éventuelle de nouveaux paradigmes politiques locaux. Au-delà, il s’agira de mettre en évidence la façon dont ces idées et discours sont appropriés concrètement par les acteurs locaux et régionaux dans le cadre de la régulation et de la gouvernance des territoires. On pourra s’intéresser aux liens entre les engagements idéologiques auxquels les acteurs souscrivent et les systèmes relationnels dans lesquels ils sont intégrés, de façon à souligner l’existence de stratégies de légitimation politique mais aussi de contraintes de coordination collective pesant sur les choix individuels. La prise en compte de la structuration sociale des idées politiques locales doit permettre d’expliquer les instrumentalisations et les détournements idéologiques observables dans les pratiques territoriales et, au-delà, l’émergence de conflits, d’hybridations et de compromis axiologiques instables, constitutifs de l’inégale adaptabilité des régimes politiques contemporains.
À partir d’une perspective interdisciplinaire ouverte à des méthodes et des épistémologies variées, les propositions de communication pourront porter sur l’analyse descriptive de cas particuliers à partir de terrains librement choisis, sur des comparaisons, des classifications et/ou sur des tentatives de caractérisation et d’explication théoriques plus générales des recompositions idéologiques observées.

Mots clés

Action territoriale, gouvernance, néolibéralisme, recompositions idéologiques

Références

Arnaud L., Le Bart C., Pasquier R., 2006, Idéologies et action publique territoriale. La politique change-t-elle encore les politiques ?, Presses universitaires de Rennes.
Brenner N., 2004, New State Spaces: Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press.
Brennetot A., 2020, « The road to ambiguity: the axiological construction of the regional tier in France », European Planning Studies, 29(5), p. 807-826.
Davoudi S., Galland D., Stead D., 2020, « Reinventing planning and planners: Ideological decontestations and rhetorical appeals », Planning Theory, 19(1), p. 17-37.
Dijkstra L., Poelman H., Rodríguez-Pose A., 2019, « The geography of EU discontent« , Regional Studies.
Hall P., Taylor R., 1996, « Political Science and the Three New Institutionalisms », Political Studies, 44(5), p. 936-957.
Hooghe L., Marks G., 2018, « Cleavage theory meets Europe’s crises: Lipset, Rokkan, and the transnational cleavage », Journal of European Public Policy, 25(1), p. 109-135.
Katz B., Nowak J., 2018, The New Localism: How Cities Can Thrive in the Age of Populism, Brookings Institution Press.
Long J., Rice JL., 2019, « From sustainable urbanism to climate urbanism », Urban Studies, 56(5), p. 992-1008.
Mayer M., Thörn C, Thörn H., 2016, Urban Uprisings: Challenging Neoliberal Urbanism in Europe, Palgrave Macmillan.
Négrier E., 2008, « Du local sans idée aux idées territoriales en action », in O. Giraud, P. Warin, (dir.), Politiques publiques et démocratie, Paris, La Découverte, p. 163-177.
Peck J., Theodore N., Brenner N., 2013, « Neoliberal Urbanism Redux? », International Journal of Urban and Regional Research, 37(3), p. 1091-1099.
Wachsmuth D., Hillary A., 2018, « Green and Gray: New Ideologies of Nature in Urban Sustainability Policy », Annals of the American Association of Geographers, 108(4), p. 1038-1056.

Site du 58e colloque de l’ASRDLF

fr_FR