AAC – Coopérer entre territoires : potentialités et limites d’un impératif contrarié (SS25)

Deadline
2 April 2022


Cet appel à communications concerne plus largement le 58e colloque de l’ASRDLF qui se tiendra à Rennes du 29 juin au 1er juillet 2022

Cette session spéciale est portée par Nathan Gouin (SFLOG) et Arnaud Brennetot (IDEES), dans le cadre du projet exploratoire du CIST “Analyse des recompositions de l’action publique territoriale” (ARAPT).

Télécharger le document (pdf)

La restructuration des formes de gouvernance observable au cours des dernières décennies laisse entrevoir un développement inédit de « soft spaces », c’est-à-dire d’espaces de projet dépassant les périmètres des institutions locales et régionales. Les exemples sont nombreux : institutions intercommunales et interrégionales, contrats de projets, dispositifs de cofinancements, réseaux de villes, etc. Ces coopérations répondent aux incohérences géographiques générées par les processus de décentralisation consistant à confier des compétences à des collectivités dont le périmètre, souvent plus ancien, n’a pas été conçu pour favoriser leur mise en œuvre. Le développement des soft spaces est ainsi une façon de dépasser l’imperfection des découpages administratifs et de traiter des enjeux de façon interterritoriale.
Pourtant, la mise en place des soft spaces et leur gouvernance rencontrent de nombreuses difficultés
: concurrence territoriale, rivalités de pouvoir (interpersonnelles, idéologiques, ou encore entre échelons d’action publique), héritages institutionnels, divergences idéologiques… Cette session vise ainsi à rassembler différents exemples d’initiatives de coopérations interterritoriales (en France et à l’étranger), à différents échelons, et à souligner les facteurs et les mécanismes responsables des succès et limites de telles initiatives, par des approches pluridisciplinaires variées. Les propositions de communication pourront porter sur le développement de projets interterritoriaux, sur des approches comparatives internationales dans la mise en place de soft spaces, ou encore sur des thématiques interterritoriales par nature (réseaux de transport, flux en général). Une attention particulière sera accordée à l’articulation entre les exemples empiriques présentés et les apports théoriques des sciences sociales permettant d’expliquer les choix des acteurs.

Mots clés

Gouvernance, interterritorialité, soft spaces, coopération

Bibliography

Allmendinger P., Haughton G., Knieling J., Othengrafen F. (dir.), 2015, Soft Spaces in Europe: Re-negotiating governance, boundaries and borders, London, Routledge.
Amat F., Brennetot A., Daudé E., de Ruffray S., Geffroy A. et al., 2021, Atlas collaboratif de la mégarégion parisienne, Rouen, UMR 6266 IDEES-Université de Rouen Normandie.
Palier B., Surel Y., 2005, « Les « trois i » et l’analyse de l’État en action », Revue française de science politique, 55, p. 7-32.
Pasquier R., 2012, Le pouvoir régional: Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France, Paris, Presses de Sciences Po.
Perrin T., 2012, “Régions et coopération interrégionale : dynamiques institutionnelles, de la France à l’Europe”, Territoire en mouvement, Revue de géographie et d’aménagement, n° 16, p. 38-56.
Peters B. G., 2018, Institutional Theory in Political Science: The New Institutionalism, 4e éd., Cheltenham, Edward Elgar.
Vanier M., 2008, Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica.
Vrac M., Bérion P., Varlet J., 2005, Interrégionalité et réseaux de transports. Actes du colloque de la commission de géographie des transports, Besançon 14-15 septembre 2005, Presses universitaires de Franche-Comté.

Site du 58e colloque de l’ASRDLF

en_GB