agricultures compte-rendu équipes de recherche

Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds

Organisateurs scientifiques du colloque
Alia Gana, Évelyne Mesclier, Nasser Rebaï

Le colloque international Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds, organisé par l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), l’UMR PRODIG, le CIST et l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT) a eu lieu à Tunis les 11, 12 et 13 décembre 2014. Plusieurs institutions ont soutenu financièrement l’événement (IFT, AFD, Union européenne).

Ce colloque a été organisé à l’occasion de l’année des agricultures familiales. Il avait pour spécificité d’aborder celles-ci en lien avec les dynamiques des territoires. Cet éclairage a été, dans un premier axe, appliqué aux problématiques concernant les politiques publiques, lesquelles s’appuient souvent sur le territoire dans son acception administrative. La notion de territoire permet également d’analyser de façon originale les projets et les actions d’individus ou de collectifs, et leur contribution à un développement plus ou moins équitable et plus ou moins durable. Les conflits autour du territoire, les mouvements collectifs et citoyens menés par des agriculteurs, la diversification des activités dans les espaces ruraux, constituaient les trois autres axes choisis pour structurer la réflexion.

Trois conférences ont lancé les débats sur les avantages de la voie de l’agriculture familiale mais également de l’agroécologie, sur l’influence des grands acteurs publics et privés dans les choix faits à l’échelle mondiale en matière d’agriculture, sur les points faibles d’une discussion polarisée sur la remise en cause de la libéralisation des échanges.

Une quarantaine d’exposés avaient été sélectionnés parmi plus d’une centaine de propositions. Très variés de par les disciplines de leurs auteurs, leurs thématiques et les lieux étudiés en Asie, en Amérique latine, en Afrique subsaharienne et au Maghreb, ils ont permis d’organiser autour de la notion de territoire un débat cohérent à l’intérieur de chaque axe, avec de nombreuses passerelles possibles entre les axes. Des échanges passionnés ont animé toutes les sessions, en présence pendant les trois journées de la quasi-totalité des intervenants, ainsi que d’auditeurs extérieurs, qui ont participé activement aux discussions.

Les rapports de synthèse ont entre autres souligné le caractère complexe de la relation entre agricultures familiales et territoires : si l’État, les luttes collectives, les phénomènes d’accaparement… produisent du territoire, réciproquement le territoire, dans son historicité, influe sur les dynamiques actuelles et les choix de société. Le colloque fera l’objet d’une publication à partir des conférences et des synthèses, d’une description des présentations et d’une sélection des plus pertinentes d’entre elles. Alors qu’il est de plus en plus urgent de prendre la mesure des évolutions actuelles et de leurs conséquences, notamment en matière de perte de terres agricoles, de limitations à la démocratie et d’augmentation des inégalités entre territoires et à l’intérieur des territoires, cette publication rassemblera des éléments de connaissance et de réflexion sur les relations entre les différents modèles agricoles possibles, l’amélioration des conditions de vie, une répartition équitable des pouvoirs de décision sur le territoire et les perspectives du développement dans les pays des Suds.


En savoir plus

fr_FR