logo


Cette page reflète la nouvelle structuration des activités du CIST pour 2019-2023.

Avec la mise en place de la fédération de recherche en 2017, le CIST restructure ses activités autour d’axes structurants et de projets exploratoires, en lien avec des contrats de recherche locaux, français et européens.

7 axes structurants pour une approche interdisciplinaire

L’inscription aux axes est ouverte à tous les chercheur.e.s et acteurs des territoires, qu’ils soient membres ou non des équipes composant le CIST.

  • A&T – Actions et territorialisations

    L’axe A&T, initié fin 2014, a pour objectif d’étudier les processus de territorialisation à partir d’une réflexion sur les effets des actions individuelles et collectives et de leurs relations avec les recompositions de l’action publique. Il s’agit donc, à partir d’une mise en relation et d’une confrontation des travaux de recherche développés au sein des laboratoires membres, de maintenir au sein du CIST un espace de débat, de réflexion, d’échange et de capitalisation sur ces thématiques. La réflexion sur les effets spatiaux et/ou territoriaux des actions (individuelles, collectives ou publiques) constitue un niveau d’interrogation nécessaire pour la construction de sciences territoriales ancrées au sein des débats les plus contemporains des sciences sociales.

  • INFTER – Information territoriale locale

    L’information territoriale est une activité du CIST à la fois essentielle et transversale, devant recouper celle des autres axes. L’axe propose d’explorer les enjeux et questionnements soulevés par la diversification des sources de données locales, qu’elles soient générées par la révolution numérique (médias sociaux, téléphonie mobile…), par la résolution de plus en plus fine des capteurs techniques, par le mouvement d’ouverture des données (portails open data) ou bien encore par l’essor des sciences participatives et des citoyen.ne.s capteurs.

  • MEDIA – Médias et territoires

    L’axe Médias et territoires s’intéresse depuis les débuts du CIST aux représentations médiatiques (où le terme médias est pris au sens très large) et culturelles des territoires. Sans oublier les médias de masse, terrain classique des études en science de la communication (presse, radio, télévision), l’axe souhaite s’appuyer sur de nouveaux terrains tels que les médias sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, Youtube, etc.) et retisser le lien avec les représentations produites dans l’espace physique (affiches, banderoles, etc.) et avec les représentations liées à des productions culturelles (démarches de patrimonialisation, grands événements culturels, etc.). L’axe vise également à approfondir les imaginaires des territoires qui prennent formes dans des productions culturelles et médiatiques et font sens pour leur public.

  • MIT – Mobilités, identités et territoires

    Depuis la création du CIST, l’axe Mobilités, identités et territoires a pour objectif principal de s’interroger sur l’articulation entre territoires et identités dans un contexte de complexification des parcours individuels.

  • PAST – Temps long des territoires

    Forts de paléoenvironnementalistes et de géoarchéologues aux compétences multiples (géomorphologie, sédimentologie, micromorphologie, géochimie, malacologie, palynologie, phytolithologie…), les trois laboratoires porteurs de ce projet de nouvel axe apparaissent en pointe au niveau nationale pour fédérer les équipes travaillant sur les relations entre les sociétés anciennes et leur environnement. Il s’agit d’approfondir nos connaissances sur les interrelations sociétés-environnement (construction des paysages, utilisations des ressources, risques) en accordant un intérêt particulier à l’exploitation des ressources environnementales et aux modalités d’évolution des pratiques et des modes de gestion des sociétés du début de l’agriculture jusqu’à aujourd’hui.

  • REMOC – Régionalisations, mondialisations, circulations

    L’axe REMOC (RÉgionalisations, MOndialisations, Circulations) vise à expliciter les interactions entre flux, réseaux et circulations entendues comme constitutives de la régionalisation et de la mondialisation en intégrant les effets de frontières. Son originalité est de centrer l’étude de ces processus sur les marges actives de l’Europe, de part et d’autre des limites de l’UE, à partir d’une approche par le bas et par les acteurs. Cet axe fait coopérer deux communautés scientifiques à travers un cadre méthodologique commun, celle travaillant sur les mondes méditerranéens et celle qui suit le devenir des Europes médianes, centrales ou orientales.

  • SANTE – Territoires et santé

    Les territoires jouent un rôle important dans l’approche transversale de la santé pour caractériser et comprendre le niveau sanitaire des individus et populations, identifier et analyser la combinaison de facteurs qui conduisent à une situation sanitaire, mettre en œuvre les systèmes sanitaires et médico-sociaux ou repérer les alertes et prévenir les risques de contagion.

  • L’axe CONFLITS et compromis de la globalisation territorialisée s’est fondu en 2015 dans les axes Mobilités et Régionalisations.
    Avec son projet 2019-2023, un renouvellement des axes s’est opéré, avec la refondation de l’axe REGIONALISATIONS dans le monde dans l’axe REMOC et la disparition de 3 axes
    AGRICULTURES, territoires et développement durable
    BIODIVERSITE et territoires
    RISQUES et territoires.

 

Des projets exploratoires pour oser

Dans le cadre de son projet 2019-2023, le CIST soutient 4 projets exploratoires mis en place pour des périodes diverses liées à leur contexte (projet ponctuel ou préfiguration d’un axe structurant). Ils feront l’objet d’une évaluation par le conseil scientifique à l’issue de cette période.

  • ARAPT – Analyse de la recomposition de l’action publique territoriale

    Ce projet vise à s’appuyer sur le réseau constitué par la FR CIST pour contribuer à la structuration pluridisciplinaire des recherches portant sur l’étude des recompositions de l’action publique territoriale à l’horizon 2021 en France et en Europe.

  • CIST’R – Projet de collection de manuels R

    Ce projet a pour objectif de créer une collection de manuels d’utilisation du logiciel-langage R, segmentée en thématiques (à définir) relatives à l’analyse des territoires. A titre d’exemples : l’analyse spatiale (modèle gravitaire, potentiels…), statistique (bivariée, multivariée, bayésienne, modélisation), analyse de graphe, multi-scalaire, analyse textuelle, raster, webscrapping, représentation (cartographie), production de document… La rédaction de ces différents manuels devra être réalisée par des groupes de travail interdisciplinaires, inter-équipes, en s’appuyant à la fois sur des ingénieur.e.s et des chercheur.e.s.

  • MIGR – Migrations et frontières dans la mondialisation

    Le projet vise à rapprocher deux champs scientifiques qui ont à la fois beaucoup en commun et qui communiquent paradoxalement peu entre eux : en France comme au niveau international, les migration studies et les border studies constituent des champs théoriques et empiriques peu liés. L’objet est donc, en promouvant ce rapprochement, de participer à la construction théorique de la composante mobile des territoires d’une part et d’autre part de constituer un réseau pluridisciplinaire innovant au niveau international.

  • TWINE – Cartographier le Monde à l’échelle infranationale

    Les cartes à l’échelle mondiale contribuent à la construction de nos représentations mentales du Monde. Or, le choix plus ou moins contraint de la maille étatique contribue à construire une vision particulière du monde marquée par l’existence de discontinuités au niveau des frontières nationales et de situations homogènes à l’intérieur des pays. Un enjeu est donc de construire et de diffuser librement une base de données mondiale à l’échelle infranationale en même temps que d’offrir la possibilité de créer des cartes à partir de cette base de données grâce à MAGRIT.

 

Principaux contrats de recherche auxquels le CIST participe

  • H2020 Odycceus – Dynamiques de l’opinion et conflits culturels en Europe (2017-2020)

    Les réseaux sociaux, les forums de discussion et la digitalisation des informations ont un impact croissant sur la façon dont les individus et les communautés communiquent et s’auto-organisent. Peut-on dès lors tenter de capturer l’information circulant sur ces plateformes afin de mieux comprendre et analyser les problèmes majeurs auxquels nos sociétés contemporaines sont confrontées ? Cela peut-il nous aider à mieux gérer la multiplication des crises sociales imputables aux différences culturelles et aux visions divergentes du Monde ? Cela peut-il permettre de faciliter la détection précoce des crises et, pourquoi pas, trouver des solutions aux conflits avant qu’ils ne sombrent dans la violence ?
    Le projet H2020 Odycceus répond affirmativement à toutes ces questions. Il propose de développer les fondations conceptuelles, les méthodologies et les outils aptes à rendre opérationnelles ces visions ambitieuses et à en démontrer le caractère opérationnel sur une large gamme d’étude de cas.

  • GlocalMap – Hiérarchisation, délimitation et identification des échelles territoriales

    L’enquête GlocalMap – Hiérarchisation, délimitation et identification des échelles territoriales – a été sélectionnée en 2015 dans le cadre d’un appel à projets de recherche DIME Quanti (panel internet mobile ELIPSS).
    Portée par le CIST, elle vise à proposer une première photographie de la situation des perceptions des niveaux territoriaux à l’échelle française.

  • Observatoire des transformations du monde arabe – 2013-2017

    Cet observatoire a pour objectif de mutualiser les travaux et les données sur le monde arabe post-révolutionnaire, d’élaborer des « marqueurs » du changement dans une zone qui connaît des transformations profondes, et de mettre en place des instruments d’observation, reproductibles et comparables dans le temps et dans l’espace.

    Politiques de la terre à l’épreuve de l’anthropocène (SPC) – 2016 & 2017

    Le programme de recherche interdisciplinaire, auquel le CIST et des équipes du CIST (Géographie-cités, LADYSS, RIATE) sont associés aux côtés de partenaires institutionnels d’envergure (UFR Chimie Paris Diderot, Science Po, IPGP, EHESP…), a été accepté par la COMUE Sorbonne Paris Cité comme l’un des 9 grands sujets sociétaux retenus suite à l’appel à manifestation d’intérêts lancé au printemps 2013.
    Le CIST – via notamment ses recherches dans le cadre du projet ANR Corpus Géomédia – contribue par une analyse de la médiatisation des tremblements de terre et la mise en place d’un baromètre géomédiatique.

    ANR Corpus Géomédia – Observatoire des flux médiatiques internationaux – 2013-2016

    L’objectif de lde l’ANR Corpus Géomédia est de mettre en place un outil pour capter les flux RSS concernant l’actualité internationale d’une centaine de journaux dans le monde (francophones, anglophones et hispanophones) puis de répondre à plusieurs questions de recherche : qu’est-ce qu’un événement ? comment expliquer les sous ou sur-représentations de certains espaces ou acteurs ? peut-on modéliser une circulation de l’information à l’échelle globale ?

    Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhood (ITAN) 2012-2014

    Ce projet sur les régions voisines de l’Europe (du Maroc à la Russie) s’appuie sur 3 autres partenaires européens et un réseau d’experts locaux. Il est financé dans le cadre de l’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen (programme ESPON-ORATE).

    Étude de faisabilité sur des outils analytiques basés sur les mégadonnées
    Feasibility study on analytical tools based on Big Data project – 2014

    Ce projet vise à proposer une expertise spécialisée dans les mégadonnées, notamment celles issues du web 2.0 (O’Reilly, 2005) en lien avec des données et informations territoriales. Après avoir identifié des jeux de données disponibles et une méthodologie concrète et opérationnelle sera proposée pour les traiter avec des jeux de données territoriales plus traditionnels. Enfin, le projet aboutira à des recommandations pour le traitement de ce type de données.

    Soft data pour les politiques publiques de la ville (PEPS) 2014

    Ce projet vise à explorer l’importance et le rôle des soft data dans le processus de décision publique concernant l’aménagement et la gestion des villes. Face à l’abondance de ces données, ce projet vise à faire un état de l’art des données existantes et à développer une réflexion partagée sur les questions méthodologiques (« méthodes numériques ») et théoriques (rapport entre numérique et physique) liées à l’emploi de ces données dans les politiques de la ville.

 

Prochains rendez-vous des 7 axes structurants, des 4 projets exploratoires et des contrats de recherche du CIST

Actualités de la recherche